LE CHÂTAIGNER

chataignerPrésent en Corse depuis 25 millions d'années, le châtaignier est devenu au XVIIe siècle, grâce à l'administration génoise, une essence imposée : 4 arbres par famille. Véritables arbres à pain, les châtaigniers ont nourri la Corse et allégé bien des disettes...

À la veille de la Première Guerre Mondiale, la Castagniccia est un immense verger de 30.000 ha. Le nom de Castagniccia, la terre du châtaignier, vient du nom corse du châtaignier : castagnu. La farine de châtaigne constitue la base de l'alimentation, le bois est utilisé pour les charpentes et la menuiserie. Peu à peu abandonnée, cette région qui était l'une des plus peuplées et des plus riches de Corse, abrite encore quelques îlots d'activité. En Castagniccia, une dizaine de meuniers sont même encore en activité, de novembre à février.

En Corse, un ancien usage veut que l'on puisse possèder un châtaignier sur le terrain d'autrui : c'est la propriété arboraire. CASTAGNICCIA, GHISONI, FIUMORBU, TAVERA... c'est un monde végétal, où, au détour d'un chemin creux, résonne le bruit lourd des châtaignes que l'on jette dans les "SPORTI"...

Lisses ou vernissées, petites ou grosses, rondes ou plates, elles prendront le chemin du "FUCONE" où elles seront versées sur les lattes de bois de la "GRATTA". Il faudra environ un mois d'un feu savamment dosé pour déssécher la chair des fruits et les rendre aptes à la mouture.
A la veillée, autour du "FUCONE de la ZIGLIA" on prépare les châtaignes grillées dans le "TESTU" (poterie de terre cuite parsemée de trous), accompagnées de BROCCIU ou FIGATELLI.
Pendant leur séchage, les châtaignes sont remuées périodiquement, puis battues dans un grand sac de cuir "a PISTAGHIOLA"pour qu'éclate la peau, puis portées au four et au moulin où elles donneront une farine si légère et parfumée...
Stockée dans des sacs "i ZANNI" où elle se conserve toute l'année, cette farine sert à faire des bouillies ou "BRILLULI" , accompagnée de lait de chèvre froid.
La "POLLENTA" est la plus répandue. Elle a fait longtemps office de pain populaire. Versée chaude du chaudron sur le "TUALOLU" soupoudrée de farine, puis découpée pour être accompagnée d'œufs, de cabri, de BROCCIU ou FIGATELLI grillé à la braise.

Tourtes, FRITELLI, PISTICCINE, MIGLIACCI, autant d'autres recettes rustiques à base de farine de châtaignes souvent cuites sur des feuilles de châtaigniers.


Plusieurs maux se sont abattus sur la Castagniccia : les coupes pour les usines de tanin, les maladies (l'encre et le chancre) et enfin l'abandon.

Les grands bénéficiaires du déclin de l'exploitation des châtaigneraies sont les porcs en liberté qui se nourrissent des châtaignes non récoltées. Ce mode d'élevage fournit une charcuterie remarquable, mais le surpâturage des porcs et leur fouissage systématuque n'est pas sans mauvaises conséquences sur l'environnement.

En dehors des porcs, des oiseaux comme le Torcol Foumilier (qui se confond avec l'écorce de l'arbre), Le Troglodyte mignon ou la mésange noire, fréquentent assidûment les châtaigneraies.