LA CLÉMENTINE

clementine Si l'histoire des agrumes a débuté au début du premier millénaire avant Jésus Christ, ils n'ont véritablement fait leur apparition en Europe qu'au dixième siècle. La mandarine n'y est apparue qu'au dix-neuvième, une grande sœur à l'origine de l'avènement de la clémentine au début du siècle dernier.

Depuis plus de 40 ans, sous l'impulsion de la Station de Recherches Agronomiques (SRA) de San Giuliano, la culture d'agrumes s'est développée en Corse, essentiellement en plaine orientale faisant de la Corse la première région de France métropolitaine productrice de clémentines.

Les caractéristiques géographiques, pédologiques et climatiques particulières de la Corse permettent de viser, pour cette production, un certain niveau de qualité des fruits. Celle-ci, qui est recherchée dès le choix variétal jusqu'à la commercialisation en passant par la conduite du verger et le conditionnement, est le résultat de la conjugaison et de la cohérence de ces choix successifs.

La clémentine

La clémentine est une variété de mandarine appréciée pour son absence de pépins et son épluchage facile. Elle est particulièrement cultivée dans le bassin méditerranéen. A partir d'un type de clémentine "commune'", on a recherché à étaler la période de production, d'une part, et à augmenter le calibre, d'autre part. Ceci a conduit à la sélection de nouveaux types de clémentine, appelés clones. Cependant, la clémentine, comme tous les agrumes, présente une morphologie et une physiologie qui varient en fonction des conditions pédoclimatiques. Aussi, selon les pays, ceci s'est traduit par la sélection des clones les mieux adaptés aux conditions particulières du pays. En Corse, le choix variétal actuel résulte de la sélection effectuée à la SRA dans le type commun et de l'introduction de clones provenant d'Espagne et du Maroc (Corsica2, Caffin, Nules, Oroval...).

Une origine asiatique ?

D'après CHAPOT et WEBBER, il serait originaire du sud-est Asiatique (en Chine) et serait apparenté au mandarinier "Canton". Bien qu'il ait été nommé Citrus clementina par le botaniste japonais TANAKA, la plupart des auteurs le reconnaissent comme originaire d'Algérie et comme une variété originale de mandarine " Citrus reticulata Blanco ".

ClementIl s'appelait Clément...

Tout a commencé en Algérie, près d'Oran, à l'orphelinat de Misserghim des Pères du Saint-Esprit. Le Révérend Père Clément (Vincent Rodier de son nom civil) directeur des pépinières de l'orphelinat l'aurait trouvée, vers 1900-1902. Il réalisa un semis de pépins dans le but d'obtenir des mandariniers. Un arbre se distingua des plants obtenus. isolé par le père Clément, il donna des fruits plus colorés, à saveur plus douce et musquée. En hommage au religieux, la société d'horticulture d'Alger a baptisé l'agrume la clémentine. Celle-ci a été décrite pour la première fois par le docteur Trabut dans la revue horticole N°10 du 16 mai 1902. C'est à partir de cette référence historique qu'a été fêté en 2002 le centenaire de la clémentine.






Le pionnier de Figaretto

Après la découverte du Père Clément, la clémentine a longtemps été cultivée en Algérie. Il a fallu attendre plusieurs années pour que le fruit s'internationalise. Etendu dans un premier temps sur l'ensemble de l'afrique du Nord, il apparaît par la suite en Espagne avant de faire le tour du bassin méditerranéen.

En Corse, Don philippe Semidei a été le premier agrumiculteur à planter, en 1925, des clémentiniers sur la commune de Figaretto.

Jean Luisi a suivi son exemple peu avant la seconde guerre mondiale en constituant, a Vaccaja, un verger qui constitua par la suite une véritable référence.

Crée en 1959, la station de recherches agronomiques de l'INRA de San Giuliano a ensuite initié un long travail de recherche en plantant les premiers clémentiniers communs en provenance d'Afrique du Nord et des vergers Semidei, Luisi et Mordiconi.

Un suivi méticuleux qui permet aujour'hui à la SRA, au bout de quarante annes de travail, de parvenir à une sélection des porte-greffes adaptées aux conditions pédo-climatiques locales compatibles avec le clémentinier. Depuis 1959, l'INRA a testé cent soixante porte-greffes.

La "Clémentine Corse" 

Affirmer une identité, telle est la volonté du monde agrumicole pour mieux se positionner sur un marché occupé par les grands pays producteurs du bassin méditerranéen. Une démarche bien engagée à l'heure où le fruit du père Clément a fêté son centenaire.

En 2002, les 160 agrumiculteurs corses pèsent 25 000 tonnes de fruits, couvrent 2 200 hectares de terre. Ils sont les producteurs de clémentines de la plaine orientale de la Corse... et de la France. A l'abri des vents et des embruns marins, la plaine orientale est devenue le verger de la Corse sur quelques hectares et le clémentinier y est un produit phare. Sa qualité, atout maître pour une compétivité sur le marché accapare depuis lors les esprits, des références aussi exceptionnelles que surprenantes, mais qui demeurent toutes relatives : une goutte d'eau face au gigantisme des productions espagnoles et marocaines. Alors que la consommation locale est de 2 à 3 000 tonnes de fruit, la production annuelle insulaire ne représente que 2 ou 3 jours de consommation dans toute la France; pourtant, ce petit bout du littoral insulaire qui a vu pousser ses premiers clémentiniers il y a soixante-dix-huit ans, a su se faire une place sur un marché que ses plus gros concurrents méditerranéens n'ont jamais pu totalement verrouiiler.

Réalisme, identité et qualité : les agrumiculteurs ont fait leur devise de ces trois mots.



clementinierQu'est-ce que la clémentine de Corse ? (en 2002)


L'APRODEC comprend 156 agrumiculteurs, 6 organisations de producteurs, 19 stations de conditionnement, 2 pépiniéristes producteurs de plans de clémentiniers certifiés. L'association travaille depuis sa création avec plusieurs partenaires, dans le but de faire aboutir les dossiers suivants :

-Identification géographique protégée (IGP) : elle vise à la protection d'une origine, considérant que la clémentine de Corse présente des caractéristiques dues à des savoir-faire spécifiques appliqués sur une zone géographique délémitée en fonction de critères pédo-climatiques précis.

-Certification de conformité du produit (CCP) : elle garantit la référence << Clémentine de Corse>> en imposant aux professionnels désireux de travailler à sa production un cahier des charges qui fixe les caractéristiques et les règles suivantes : fruits récoltés manuellement avec leurs feuilles, ayant atteint leur coloration et leur maturité sur l'arbre; analyse de maturité permettant de garantir un taux de jus et d'acidité caractéristique; respect des délais courts entre la récolte et l'expédition; absence de traitement chimique après récolte; traçabilité du bloc fruitier jusqu'au consommateur.

-Label rouge : signe de qualité supérieure intitulé <>, qui fixe des critères de sélection plus restrictifs, des tests organoleptiques, une date d'utilisation optimale, une présentation commerciale spécifique... une véritable vitrine du produit insulaire.








clementineDense et juteuse, elle est aussi sucrée qu'un bonbon acidulé

Comment choisir et reconnaître la Clémentine de Corse ?

Sa couleur

Pour bien choisir les Clémentines de Corse et contrairement à une idée reçue, il ne faut pas se fier à sa couleur. En début de saison, la Clémentine de Corse brille d'un bel orangé, agrémenté d'un "cul vert" qu'elle présente comme une signature, preuve d'une parfaite harmonie acidité-sucre. Au fur et à mesure des semaines, la Clémentine de Corse prendra une couleur "rouge orangé" car dans les pays méditerranéens, seules les températures basses transforment la chlorophylle verte en pigments jaunes ou rouges. Une clémentine peut donc être verte et parfaitement mûre. La Clémentine de Corse n'est jamais "déverdie" en chambre car les producteurs corses tiennent à la présenter dans sa couleur version-naturelle qu'elle arbore sur l'arbre. En fin de saison, la Clémentine de Corse sera rouge orangé et tout aussi ronde.

Sa brillance

Elle la doit à un pelliculage de cire digne d'une mise en beauté. Pour apparaître sur les étals au mieux de son éclat, les Clémentines de Corse sont d'abord lavées, brossées, triées et cirées par pulvérisation, comme il se doit. Elles sont ensuite calibrées sur tapis roulant et acheminées vers leurs conditionnements.

Ses feuilles

La Clémentine de Corse est à nulle autre pareille : ses longues feuilles effilées vert clair ne sont pas là que pour l'habiller de séduction, elles donnent aux consommateurs attentifs une indication précise sur sa fraîcheur.

Sa peau

Les diverses variétés de clémentines appartiennent à différents " groupes ". La Clémentine de Corse fait officiellement partie de celui des clémentines "fines", du fait de leur peau très fine. Elle doit être sagement plaquée à sa chair dense, sans aspect gondolé. De calibre moyen, elle est fine et délicate, très facile à éplucher.

Les pépins

La Clémentine de Corse n'a pas de pépins. Cette absence de pépins lui confère un pouvoir de séduction rare. Les fruits sont assez petits, ronds, de très bonne saveur.

Pourquoi la Clémentine de Corse n'a-t-elle pas de pépins ?

Elle doit cette généreuse nature à l'accident de la nature qui l'a rendue totalement asexuée ! Sans pépins, elle ne peut se reproduire seule et ne doit son succès qu'aux producteurs corses qui ont su perpétuer la découverte du père Clément grâce à la multiplication par greffage de cette variété.

Où poussent les Clémentines de Corse ?

Le clémentinier corse est un produit phare de l'Ile de Beauté, dont la plaine orientale s'est couvert d'un verger de 1700 ha. La qualité de la production des Clémentines de Corse est un atout maître pour une bonne compétitivité sur le marché.

Sous un beau soleil quasi constant, à l'abri des vents et des embruns marins, les caractéristiques géographiques, pédologiques (c'est-à-dire l'étude des caractères chimiques, physiques et biologiques des sols ainsi que leurs répartitions) et climatiques particulières de la Corse permettent de viser, pour cette production, un excellent niveau de qualité des fruits. Il est vrai que les atouts de l'Ile de Beauté ne manquent pas. Ses conditions naturelles sont exceptionnelles, avec un climat méditerranéen à influence maritime et des sols acides. La localisation de la production des Clémentines de Corse influence beaucoup leur qualité. Concentrée sur l'étroite bande côtière de l'île, elle se situe à la limite nord de l'aire de production des agrumes. L'influence maritime et la présence d'un relief montagneux procurent un climat plus tempéré où la pluviométrie et l'hygrométrie sont plus élevées que partout ailleurs dans les zones de production de Méditerranée. Les sols corses se distinguent par leur origine granitique et schisteuse et par leur caractère généralement plus acide et moins lourd qu'ailleurs. Ils sont en fait plus proches du climat tempéré océanique.

Les clémentiniers de Corse se situent dans une zone idéale, entre deux écueils naturels. En réalité, en dessous de 2 mètres d'altitude, les sols sont systématiquement défavorables à la croissance des clémentiniers. Ils sont trop salés, hydromorphes, tourbeux et trop sableux. Au-dessus de 300 mètres d'altitude, le climat devient cette fois défavorable à la qualité du fruit. De même pour une distance supérieure à 15 km de la mer, où les températures peuvent être trop basses. Ainsi, en se positionnant dans la zone intermédiaire, les agrumiculteurs corses ont réussi à apporter à leurs clémentines toutes leurs richesses et caractéristiques.

Arôme et vitamines

La clémentine, en tant qu'agrume, contribue à la recharge de l'organisme en vitamine C avec 41 mg aux 100 g, et en nombreux minéraux et oligo-éléments. Très bien tolérée grâce à sa saveur particulièrement douce, et à ses fibres très tendres, elle constitue un aliment très modérément calorique : en effet, deux clémentines n'apportent pas plus de 50 kcalories !

Le parfum si caractéristique de la clémentine est dû notamment à la présence d'essences et huiles essentielles que renferment de petites "poches" (appareils sécréteurs) présentes dans sa peau. Il suffit de presser légèrement cette écorce pour projeter dans l'atmosphère ces substances fortement odorantes.

Les composés aromatiques nombreux de la clémentine sont de nature chimique différente, constitués de mélanges complexes, comprenant des terpènes très abondants (les limonènes : C 10 H 16), des aldébydes (le citral : C 10 H 160), des esters, des