LA FORÊT

foret La Corse compte trente forêts domaniales.

Au total, ces trentes forêts domaniales couvrent 50 000 ha de l'île.


La plupart d'entre elles - comme Vizzavona, Bavella, Ospedale, Bonifatu... - ont été acquises par l'Etat au moment du rattachement de la Corse au Royaume de France, en 1768.

Il existe néanmoins des cas particuliers, exemples :

- La forêt du Fiumorbu, qui est devenue domaniale, quand la société propriétaire qui l'exploitait l'a revendue à l'Etat.
La forêt du pénitencier, à Coti Chiavari, est devenue propriété de l'Etat quand le fameux bagne n'a plus existé (1905).
- A la même époque, au moment de la séparation des biens de l'église et de l'Etat, c'était au tour de la forêt de Sainte Marie Sicché de devenir domaniale.
- Après le rattachement de la Corse au Royaume de France, le premier acte forestier est l"Ordonnance du Roy sur la matière des bois et forêts pour l'Isle de Corse".

Ce document bilingue, français-italien de mars 1772, note "le mauvais état de ses bois", en analyse ses causes "abroutissements, incendies et guerres" et édicte des règles pour le bénéfice de la "génération présente" ainsi que "pour la prospérité".

Ce document exceptionnel constitue à la fois, un code forestier, une directive et des orientations locales pour l'aménagement durable des forêts de l'Etat et des collectivités dans un souci évident de protection de l'environnement.

Plus généralement, de 1768 à 1852, on se rend vite compte que la forêt corse est face à des difficultés. En effet, la mobilisation des bois a été freinée par la géographie (relief et absence de routes) et par la nature humaine (pillage des chantiers forestiers et exactions envers les ouvriers).

En revanche, en dix ans, de 1852 à 1862, la forêt insulaire connaît une période faste avec d'une part les accords Blondel qui permettront de régler le problème foncier et d'autre part, avec la construcction de routes forestières.

La troisième grande période, de 1865 à 1945, où la récolte est élevée, notamment avec l'importance du charbon de bois et le bois de chauffage.

A partir de 1945, un nouvel équilibre économique apparaît avec les bois d'œuvre résineux.

D'après un texte de Jean-Jacques Gambarelli - La Corse votre hebdo