LE PIN LARICIO

pin laricio


Dressant son fût droit et immense, le pin laricio l'un des plus majestueux arbres de France, n'a jugé dignes de ses ramages que les massifs montagneux de l'Île de Beauté.


Espèce endémique à la Corse, le pin laricio ne se développe, à l'état naturel qu'en Corse. On ne le trouve nulle part ailleurs dans le monde, sauf en Calabre et en Sicile, et encore s'agit-il d'espèces différentes.



Ses caractéres biologiques:

-Résineux de la famille des pinacées, il peut atteindre 50 mètres de haut.
-Tronc droit et élancé dont le diamètre peut atteindre 180 centimètres.
-Croissance rapide en pleine lumière, il donne un bois de haute qualité.
-Exceptionnelle longévité qui peut le mener jusqu'à 500 ans.
-Parfaitement adapté au climat méditerranéen, il supporte la sécheresse estivale et profite de la pluviosité annuelle des montagnes corses (de 800 à 1 500 millimètres par an).
-Ecorce gris argenté sous forme de grandes plaques irrégulières.
-Bonne fructification (petits cônes de 4 à 8 centimètres) tous les 2 ou 3 ans.


Arbre emblèmatique de la Corse - Pinus nigra laricio - , ce pin est un pionnier, un dur à vivre, et à durer, une force de la nature. Poussant à peu près n'importe où, entre 600 et 1 800 mètres d'altitude, il supporte sans broncher le climat froid et sec, il atteint volontiers 300 à 400 ans d'âge et peut vivre jusqu'à 1 000 ans. Certains ont même traversé dix siècles sans que leur tronc gris rougeâtre, résistant au feu, et toujours droit, ait jamais plié du haut de ses 25 à 50 mètres. Il fait preuve, de surcroît, d'une générosité sans prix : son tronc qui peut atteindre 6 m de circonférence, a fourni en bois nombre de charpentiers et d'amateurs.

Depuis 11 000 ans il s'enracine dans l'île de beauté et couvre aujourd'hui 18 000 ha. Robuste, il se contente d'un sol aride, voire de rocailles. Il couvrait autrefois l'essentiel des forêts corses. En raison de nombreux incendies, ce resineux cède progressivement la place au chêne-liège et au maquis.

Dans les vieux spécimens, ceux dont les branches s'étagent en croix comme un dernier hommage rendu au ciel de Méditerranée, la petite sitelle, découverte en 1883, seul oiseau endémique d'une région française, a pris ses habitudes. Ce couple naturel, corse du bout des racines au bout des ailes, est désormais protégé.

La région de l'Ospedale est le royaume du pin laricio. Avec une surface de 4 436 ha -chiffre retenu par l'arrêté d'aménagement de 1956 - la forêt de Valdu Niellu possède les plus beaux pins laricio (environ 45% de ses arbres).

Cet arbre fut exploité depuis la plus haute Antiquité : son tronc très droit fournissait des mâts de navires, et son bois le matériau des habitations. Aujourd'hui, son prix est le plus élevé de l'île quand ont lieu les ventes annuelles. Il est utilisé dans la menuiserie fine et se vend très bien à l'export.

Son exploitation fut cependant faite avec sufisamment de sagesse puisque subsiste encore, en ce IIIe millénaire, l'une des dernières <> de pins laricio du monde (Valdu Niellu). Des sous-bois parfumés où, tout aussi éblouis que les Phéniciens de l'Antiquité, les promeneurs foulent les chemins tapissés des longues aiguilles.

<< Ce qui surtout est digne d'admiration, ce sont les cèdres, à qui dans cette île on refuse ce nom, je ne sais trop pourquoi, puisqu'ils en ont toute la majesté ; et que l'on ravale à celui de mélèze.
(...) Leur écorce est grisâtre, unie et presque vernissée ; leur flèche est droite, élancée, terminée par un bouquet élégant, et dont toutes les branches sont horizontales ; entièrement nue jusqu'à cinquante et soixante pieds, et quelquefois plus, de la racine, et d'une élévation pour ainsi dire effrayante. (...) >>

(J. Lavallée, Voyage dans les départements de France)